Exposition virtuelle sur les biens inscrits au
Patrimoine mondial de l'UNESCO


Exposition virtuelle sur les biens inscrits au
Patrimoine mondial de l'UNESCO

Pour la septième année consécutive, la France devait organiser, du 19 mai au 6 juin 2020, la Semaine de l’Amérique latine et les Caraïbes afin de célébrer les liens particumiers qui unissent cette région du monde à notre pays.

A l’occasion de sa première participation, LATFRAN s’était engagée à présenter une exposition photographique sur les biens inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO, le 3 juin à la Maison de l’Amérique latine.

Pour mémoire, ce patrimoine mondial est composé d’un ensemble de biens culturels et/ou naturels présentant un intérêt exceptionnel pour l’héritage commun de l’humanité : c’est le comité du patrimoine mondial de l’UNESCO qui sélectionne chaque année de nouveaux sites venant le compléter.

Malgré la crise du Covid-19, découvrez notre exposition photos, devenue virtuelle, tout au long du mois de juin : chaque jour, un site exceptionnel.

Jour 1: Valparaiso (CHILI)

CHILI : Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso (Patrimoine mondial, 2003) "Joyau du Pacifique" pour les marins jusqu'à l'ouverture du Canal de Panama en 1914, Valparaíso offre un exemple d'architecture bien conservée de la fin du XIXème siècle en Amérique latine. La ville est aussi connue pour ses infrastructures industrielles comme les funiculaires à flanc de colline qui participent au caractère pittoresque du tissu urbain local.

JOUR 2 : Parcs nationaux de l’Iguazu/d’Iguaçu (BRESIL-ARGENTINE)

ARGENTINE/BRÉSIL : Parcs nationaux de l'Iguazu/d'Iguaçu (Patrimoine mondial, 1984/1986) A la frontière de la province argentine de Misiones et de l'Etat brésilien du Parana, non loin du Paraguay, les parcs nationaux de l'Iguazu (Argentine) et d'Iguaçu (Brésil) s'étendent sur un site naturel remarquable, connu dans le monde entier pour sa spectaculaire cataracte de 80 mètres de haut et de 2,7 km de large en forme de demi cercle. Vestige de la "forêt atlantique intérieure", une forêt subtropicale humide entoure les célèbres chutes d'eau sur des dizaines de milliers d'hectares. Elle abrite notamment quelques 2000 espèces de plantes et arbres et une faune riche typique de la région : caïmans, cassiques à épaulettes, éperviers, fourmiliers à collier, jaguars, ocelots, pumas, sapajous noirs, tapirs, toucans..."

JOUR 3 : Machu Picchu  (PEROU)

PEROU : Sanctuaire historique de Machu Picchu (Patrimoine mondial, 1983) A plus de 2400 m. de hauteur dans un lieu d'une remarquable beauté, en limite de la cordillère des Andes et du bassin de l'Amazone, se dresse le chef-d'œuvre (artistique, urbain, architectural et technique) de la civilisation inca le plus connu, redécouvert seulement en 1911.

JOUR 4 : Tiwanaku (BOLIVIE)

BOLIVIE. Tiwanaku : centre spirituel et politique de la culture tiwanaku (Patrimoine mondial, 2000) A 3850 m. d'altitude, au sud du lac Titicaca, la cité de Tiwanaku fut la capitale d'une puissante civilisation andine préhispanique ,qui se développa pendant deux millénaires et dont l'apogée se situe entre 500 et 900 APJC.

JOUR 5 : Teuchitlán (MEXIQUE)

MEXIQUE. Paysage d’agaves et anciennes installations industrielles de Tequila (Patrimoine mondial, 2006) Ce site culturel s'étend sur près de 35 000 ha dans la municipalité de Teuchitlán, du pied du volcan Tequila jusqu’au canyon du Rio Grande. Il est divisé en deux parties éloignées d'une trentaine de kilomètres : d'une part, de vastes champs d’agaves bleues et d'autre part le site archéologique de Guachimontones (témoignage d'une civilisation qui vécut de 200 à 900 APJC.

JOUR 6 : Antigua (GUATEMALA)

GUATEMALA. Antigua (Patrimoine mondial, 1979) Fondée par les Espagnols à 1500 m. d'altitude dans la vallée de Panchoy en 1543, au pieds des volcans de Agua, Fuego et Acatenango, Antigua Guatemala fut la capitale du royaume de Guatemala qui regroupait le Chiapas (Mexique), le Guatemala, le Belize, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua et le Costa Rica. Partiellement détruite plusieurs fois par des tremblements de terre, Antigua est un exemple de ville coloniale bâtie selon un plan en damier, inspiré par la Renaissance italienne , avec des rues qui se croisent à angle droit autour d'une place principale. Elle abrite de nombreux monuments magnifiques de style baroque.

JOUR 7 : Carthagène (COLOMBIE)

COLOMBIE. Port, forteresses et ensemble monumental de Carthagène (Patrimoine mondial, 1984) Nichée dans une baie de la mer des Caraïbes sur la côte nord de la Colombie, Carthagène des Indes présente un des systèmes les plus complets de fortifications militaires d’Amérique latine. Point de passage obligé sur la route des Indes occidentales, cet ancien port colonial abrite des rues étroites colorées et de nombreux monuments remarquables civils, religieux et résidentiels.

JOUR 8 : Brasilia (BRÉSIL)

BRESIL. Brasilia (Patrimoine mondial, 1987) Capitale fédérale batie ex nihilo au centre du Brésil entre 1956 et 1960 pour rééquilibrer spatialement les flux de population et l'activité économique, Brasilia est considérée comme un chef-d'œuvre d'architecture moderne (conception harmonieuse de la ville, aspect novateur et symétrique des bâtiments publics, quartiers résidentiels fonctionnels et auto-suffisants). Elle a été conçu par l’urbaniste Lucio Costa et l’architecte Oscar Niemeyer, élèves de Le Corbusier.

JOUR 9 : Parc national de Los Glaciares (ARGENTINE)

ARGENTINE. Parc national de Los Glaciares (Patrimoine mondial, 1981) Aire naturelle protégée de près de 600 000 ha au sud-est de la Patagonie argentine, le Parc national de Los Glaciares offre une beauté naturelle riche en monts célèbres (comme le Cerro Torre de 3 102 m. ou le Fitz Roy de 3 405 m.), en lacs (l'Argentino est long de 160 km) et en glaciers majestueux comme le Perito Moreno

JOUR 10 : Chan Chan (PEROU)

PEROU. Zone archéologique de Chan Chan (Patrimoine mondial, 1986) Chan Chan fut la capitale du royaume de Chimor entre 900 et 1470, qui succomba au puissant empire inca. Cité la plus importante de l'Amérique précolombienne (30 000 hab.), avec des édifices en terre (adobe), elle est le témoignage de la culture chimú qui régna sur la côte péruvienne du Pacifique, selon une organisation politique et sociale rigoureuse.

JOUR 11 : Sucre (BOLIVIE)

BOLIVIE. Ville historique de Sucre (Patrimoine mondial, 1991) Créée au milieu du XVIème siècle par les Espagnols à 2800 m. d'altitude, Sucre est devenue la capitale constitutionnelle de l'État plurinational de Bolivie. Avec ses 300 000 habitants, elle représente un exemple réussi, en Amérique latine, d'aliance entre architecture traditionnelle locale et architecture importée d'Europe.

JOUR 12 : Île de Pâques (CHILI)

CHILI. Parc national de Rapa Nui (Patrimoine mondial, 1995) L'île de Pâques est sitée dans l'Océan Pacifique à 3700 km du Chili. Elle accueille le Parc national de Rapa Nui, célèbre pour ses Moaïs, des statues en pierre volcanique mesurant entre 2 et 20 mètres qui témoignent encore des pratiques d'une civilisation polynésienne qui se développa entre les Xème et XVIème siècles.

JOUR 13 : Îles Galápagos (EQUATEUR)

EQUATEUR. Îles Galápagos (Patrimoine mondial, 1978) L'archipel des Galapos se situe dans le Pacifique à 1000 km de l'Equateur, au confluent de trois courants océaniques. Il abrite un parc naturel et une réserve marine qui constituent un laboratoire vivant de l’évolution de la faune et de la flore. Après son passage en 1835, les constations faites sur place sur les espèces endémiques conduiront Charles Darwin à théoriser le processus de sélection naturelle (De l'origine des espèces, 1859).

JOUR 14 : Zone de gestion des Pitons (SAINTE-LUCIE)

SAINTE-LUCIE. Zone de gestion des Pitons (Patrimoine mondial, 2004) Dans les Petites Antilles, sur l'île de Saint-Lucie, la zone de gestion des Pitons est constituée principalement de deux aiguilles volcaniques (Petit Piton 743 m et Gros Piton 770 m). Ces Pitons jaillissent de l'eau et surplombent la commune de la Soufrière, entourés par une forêt tropicale humide, une forêt subtropicale pluviale et une réserve marine couverte à 60% de récifs coralliens.

JOUR 15 : Fortifications (PANAMA)

PANAMA. Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (Patrimoine mondial, 1980) Pour protéger le commerce transatlantique, l'empire espagnol a érigé un système défensif dans toutes les Caraïbes, fondé sur une série de forts et ports fortifiés comme sur la côte et l'isthme de Panama : ici le fort de San Lorenzo qui constitue un modèle de l'architecture militaire des XVIIe et XVIIIe siècles.
Facebook
INSTAGRAM