Cette semaine, LATFRAN choisit l’Argentine et ses transformations économiques.

La victoire du parti du Président Macri, Cambiemos, lors des élections législatives et sénatoriales de mi-mandat le 22 Octobre dernier, constitue un tournant politique important en Argentine. Il va permettre au Président Macri de poursuivre ses réformes économiques structurelles  en disposant désormais d’une assise parlementaire suffisante pour lui éviter de devoir rechercher, au coup par coup, des alliances .

Un retour de la croissance et des capitaux étrangers
En effet, les projections de croissance pour l’année en cours et 2018 oscillent entre 2.7% et 3%. Après la récession de 2.6% en 2016, l’Argentine paraît retrouver la voie d’une reprise économique. Tel était l’objectif de Mauricio Macri élu en 2015 et officiellement en fonction depuis le 15 Décembre 2015.

L’urgence était d’ouvrir le pays aux capitaux en levant le contrôle sur les changes et le commerce. Elle devait se faire tout en mettant fin au bras de fer entre l’Argentine et les détenteurs d’obligations souveraines du pays qui ont par deux fois, en 2005 et 2010, rejeté les échelonnements de la dette nationale. Un accord a été trouvé. Le Président Macri a par ailleurs tenu à rassurer les investisseurs et à restaurer le contact avec les Etats-Unis et l’Union Européenne. Il a cherché également à renforcer ses relations avec le Brésil, redynamiser l’intégration régionale mise à mal par les crises internes du Brésil et de l’Argentine, et à se rapprocher de l’Asie, notamment en établissant des relations avec l’Alliance du Pacifique (Chili, Pérou, Colombie, Mexique) .

Un objectif à court terme : maîtriser l’inflation
Depuis bientôt deux ans, le gouvernement a adopté de nombreuses mesures économiques dans le but de redresser le pays et de retrouver la confiance des investisseurs étrangers : levée du contrôle des capitaux, remplacement des déclarations préalables d’importations par un système de licences, assouplissement des limitations aux importations. L’Argentine reste toutefois confrontée à une inflation élevée (autour de 40%) favorisée par les émissions de monnaie de la Banque centrale et la dévaluation de 25% de janvier 2014. L’objectif affiché de la Casa Rosada est de ramener l’inflation à « un seul chiffre » d’ici la fin du mandat (2019). La lutte contre la pauvreté reste une priorité.

Un potentiel d’échanges avec la France en pleine croissance
L’Argentine reste un des principaux partenaires commerciaux de la France en Amérique latine. Depuis 2015, les exportations françaises se sont renforcées (+55% en 2015/ 1.3 Md€). La France, 8ème fournisseur de l’Argentine, exporte des équipements techniques, électriques, électroniques et informatiques (25%), des produits chimiques, parfums et cosmétiques (23%) et des matériels de transports (22%). Le secteur pharmaceutique connaît une hausse de plus de 40% depuis 2015. La présence d’établissements scolaires et d’un des réseaux d’Alliances françaises les plus anciens et les plus importants (53 établissements), une coopération universitaire de qualité (notamment dans les domaines des sciences humaines et sociales, enseignement technique et ingénierie) complètent le dispositif français en Argentine.

LES INDICATEURS

3 chiffres en amélioration depuis le début de mandat
1. Le déficit fiscal qui fin 2015 était de 7%, s’est réduit selon les estimations à 4,2% pour l’année 2016, ce qui pourrait favoriser la baisse de l’inflation.

2. La hausse des crédits pour les petites et moyennes entreprises (qui représentent 70% du secteur privé), qui serait une solution pour le lutter contre le chômage.

3. L’augmentation des investissements tant locaux qu’étrangers.

3 indicateurs dégradés depuis le début du mandat
1. L’inflation est passée de 25% à 40%

2. Le chômage, passé de 6 à 8%, s’est stabilisé autour de 8,5%

3. Le taux de pauvreté n’a pas diminué depuis le début du mandat. Passé de 28 à 31% en un an, il est revenu à 28% en septembre 2017

Et vous, quel est votre avis sur la situation argentine ? Ecrivez-nous àmomento@latfran.fr. Nous publierons certaines réactions dans notre prochain “Momento LATFRAN”.
Facebook